Echoes from Jupiter

POST-ROCK | QUÉBEC

4/4

steve

Nouveau concert, nouvel album!

Samedi 14 mars : Appalaches, Rhino, The Babyface Nelsons, Echoes from Jupiter @ Le Cercle

La version courte? Nous travaillons sur un nouvel album que nous finançons par une campagne IndieGogoNous serons aussi en concert au Cercle, à Québec, le 14 mars prochain.

La version longue? D’accord…

Nous avons lancé, en 2010, un album intitulé Europa, qui a été décrit comme «un album planant à écouter dans la lune.» (Émilie Parent-Bouchard, Le Devoir) et «un continent musical» (Tony Tremblay, Bande à Part). Nous avons aussi eu le privilège de côtoyer plein d’artistes géniaux dans la liste de Noël de Poulet Neige (ce qui est probablement la raison pour laquelle vous recevez ce courriel).Depuis ce temps, nous avons joué à Québec et à Montréal. Vous pouvez nous croire sur parole : François a résumé ses impressions dans un billet, nous avons été croqués en vidéo et nous avons enregistré un bootleg que vous pourrez donner à vos oreilles si elles ne sont pas effrayées par une qualité sonore un peu brouillon.

Nous avons eu la chance de jouer avec AppalachesDam ShipsDead CitizenFemme AccidentGulferHerskinInstead of InkLe CharmeMonsun, Reine de FranceSamsaraVasudeva et Videoville.

Ce nouvel albumNous avons choisi une démarche différente pour notre second album, dont le titre est Kosmonavt. Celui-ci est plus court, plus direct. Les pièces que nous avons choisies ont été répétées longtemps et testées en concert (depuis quatre ans, dans certains cas). Nous aimions le processus plein d’inconnu qui nous a mené à Europa, mais nous avons tenté d’être plus en contrôle pour celui-ci.

Comment ça sonne? C’est encore du post-rock mêlé d’influences shoegazegrunge et expérimentales. Que vous ayez aimé Europa ou non, vous serez emballés par sa suite.

Quand nous avons lancé Europa, en 2010, nous ne savions pas qui allait l’aimer. Nous avons été ambitieux en termes de promotion, de temps (l’album fait plus d’une heure) et de concept (les titres des chansons racontent une histoire complexe). Nous avons essayé de faire entendre l’album aux médias qui s’intéressent à la musique indépendante et au post-rock. La scène indépendante du Québec nous a beaucoup encouragé (quelqu’un dans un magasin indépendant a décidé de faire jouer l’album en boutique, ce qui a poussé une critique du Devoir à en écrire une critique).

Pour Kosmonavt, nous avons décidé d’essayer quelque chose de nouveau : nous ne savons pas combien de gens voudront en acheter une copie et quel format ces gens préfèreront. Imprimer des CD n’est pas une petite dépense que nous voulons faire à la légère. Nous sommes donc de notre temps et essayons de le sociofinancer par le biais d’IndiegGogo.Notre façon de voir les choses est que nous pouvons faire un bon album avec peu de moyens, mais qu’il nous faudrait un peu d’argent pour en faire un excellent et encore un peu plus pour réaliser l’album exact que nous avons en tête.

1500$ : c’est le prix à payer pour limiter le nombre de compromis que nous devons faire. Avec ce montant, nous pourrions payer un matriçage professionnel (ce qui fait une différence difficile à décrire, mais qui polit incroyablement l’album) et faire imprimer quelques copies en CD.

La campagne de financement est commencée. Si vous avez lu ce message jusqu’à la fin, nous invitons à aller jeter un coup d’œil à notre page de financement et à nous aider à réaliser notre nouvel album!

3/4

FullSizeRender

2/4

FullSizeRender

1/4

FullSizeRender

© 2015 Echoes from Jupiter

Theme by Anders NorenUp ↑