Le Grand Tour

À PARAÎTRE LE 18 FÉVRIER 2022 sur BANDCAMP / APPLE MUSIC / SPOTIFY / ETC

Et c'est comme ça qu'aprèes six ans nous arrivons avec un album, un vrai, un qui dure assez longtemps, merci.

Six ans après avoir tout mis dans un album (Kosmonavt) qui a été considéré comme un EP parce qu’il n’y avait  « pas assez de pistes pour être un album ». On a quand même envoyé l’album au Gamiq et on a été les premiers surpris à le voir gagner un Lucien. Merci, pour vrai, ça nous a fait chaud aux cœurs.

Idéalement on voulait le lancer un peu avant, mais ça n’a pas marché. Pour vrai, on a des dossiers « LP 2019 » dans nos affaires, on était sérieux. On voulait plein de choses, on voulait la lune, on en voulait 79. On a pensé faire un album qui dure 9h50m30s. On voulait faire des Sufjan Stevens de nous-mêmes. On a commencé à programmer des patentes pour qu’une partie de l’album soit générée automagiquement à chaque écoute.

Ce serait facile de mettre ça sur le dos du nouveau coronavirus, mais on n’a pas eu besoin de ça pour prendre du retard. Le délai a eu ça de bon : finalement on a décidé de le sortir en vinyle, de le faire imprimer chez nous, parce qu’on aime écouter des vinyles et qu’on aime les gens qui les écoutent.

Pour cet album, on est repartis de rien. Mais bon, « rien » pour nous c’est quand même des heures et des heures de démos. Habituellement, ces démos prennent des formes différentes : Mathieu A a l’habitude de nous apporter une toune presque finie, parfois avec des partitions, mais qu’on adapte lentement au fil des répétitions. Au contraire, quand François apporte un démo, ça prend souvent une forme plus rudimentaire, avec quelques riffs sur lesquels on improvise. Steve, lui, fabrique obsessivement des démos avec des sons hallucinants et le principal défi est de recréer ses rythmiques très ambitieuses. C’est souvent dans la cour de Mathieu R que ça tombe et il mijote avec ça pendant des années parfois pour composer, décomposer et recomposer des partitions jusqu’à la dernière minute!

Et puis une fois arrivés au studio, comme d’habitude, on disait « j’ai refait mes sons », on s’est acheté des nouvelles guitares pour voir (à coups d’échanges et de ventes, certaines guitares n’ont duré que quelques semaines). On a écumé les critiques sur le Web pour trouver la pédale, on en a acheté « quelques unes ». Il y a aussi des patches avec des dizaines de sons en simultané et des logiciels fabriqués sur mesure sur l’album.

Pour celui-là, j’ai essayé de nous convaincre de l’enregistrer «live», mais finalement on a repris notre méthode habituelle : piste par piste, certaines au studio de Dave Boisvert, certaines chez nous. Alors pour les détails plus techniques : Mathieu April a joué de la guitare, François Gagnon a joué de la guitare et de la basse, Steve Trudel a joué de la guitare, de la basse et des claviers, Mathieu Royer a joué de la batterie et d’autres percussions acoustiques et électroniques.

L’album a été monté (d’un tas de pistes entremêlées, sérieusement je ne sais pas comment il fait) et mixé (longuement, avec amour) par Steve Trudel.

Nous avons demandé à Harris Newman de le matricer et il a été assez gentil pour le faire. Harris est un pro, il a en entendu des vertes et des pas mûres dans sa carrière, mais je crois qu’on peut quand même se vanter de l’avoir décontenancé à quelques reprises. Merci Harris. 

L’édition vinyle a été imprimée par la Société des Loisirs, à côté de chez nous (bon, pas littéralement, mais quand même pas très loin et puis on dit que Québec c’est un village, alors….). Ils sont incroyables.

Les photos de la pochette ont été prises par Didier Ouellet, Steve et François. Steve a fabriqué la fusée, Fabienne a fabriqué le costume d’astronaute pour le chat Kiku. On a demandé aux enfants (faits maisons eux aussi) de s’habiller en scientifiques et on a été heureux de voir que pour eux la sécurité et le matériel de protection passe avant tout. La prochaine génération a une tête sur les épaules.

Merci à nos familles et à nos amis, aux amateurs de musique qui aiment essayer de nouvelles choses. Salut aux clubs d’écoutes et aux groupes de vinyles. Salut à ceux qui veulent du « fort » et qui sont pris pour avoir le « bizarre » avec, et vice-versa.

C’est le premier album de l’étiquette L’Excursion, on espère qu’il y en aura plein d’autres mais pour l’instant ce serait dur de promettre quoi que ce soit.

― François Gagnon, septembre 2021

OUT FEB 18, 2022 on BANDCAMP / APPLE MUSIC / SPOTIFY / ETC

So this is how we get back, six years later, with an album — a real one, one that is long enough, thanks.

Six years after putting all we have in an album (Kosmonavt) that was treated like an EP just because it didn’t have « enough tracks to be an LP ». Yet we sent it to the Gamiq and were the first surprised to win a Lucien. Thanks, really, it warmed our hearts.

Ideally, we wanted to release it a bit sooner, but it didn’t work. It’s true, we have folders named « LP 2019 » in our stuff, we were serious. We wanted a lot, we wanted the moon, we wanted 79 of them. We thought about making an album 9h50m30s long. We wanted to become Sufjan Stevens-es. We started coding gizmos to generate parts of the album automagically each time.

It would be easy to blame it on the novel coronavirus, but we did not need this to be late. This delay had a silver lining : we decided to make it on vinyl, on a local press, because we like listening to vinyl and we like people who listen to vinyl.

For this album, we started from zero. But frankly, our « zero» is still countless hours of demos. Normally, these take different forms : Mathieu A usually brings us near-finished tracks, sometime with tabs, that we slowly adapt along the jams. To the contrary, when François brings a demo, it’s something more rudimentary, some riffs for us to improvise on. Steve obsessively crafts demos with incredible sounds and our main challenge is to recreate his ambitious rhythms. It often becomes Mathieu R’s job to ruminate on it for years to compose, decompose and recompose his parts until the last minute!

And so once in the studio, as usual, we said « I’ve changed my sounds », we bought new guitars just to try on (some traded, some sold, some guitars never grew old). We crawled the web for the right pedal, we bought « a few ». There are some patches with dozens of overdubbed sounds and custom made software for this album. For this one I tried to get us to record « live » but ultimately we used our tried and true method : track by track, some at Dave Boisvert’s studio, some at home. So for more technical details : Mathieu April played guitars, François Gagnon played guitars and bass, Steve Trudel played guitars, bass and keys, Mathieu Royer played drums and other acoustic and electronic percussions.

The album was assembled (from a whole mess of tracks, I honestly can’t fathom how he does it) and mixed (painstakingly, with love) by Steve Trudel.

We asked Harris Newman to master it and he was kind enough to do it. Harris is a pro, he heard some crazy stuff in his career, but I think we can brag about startling him once or twice. Thanks Harris.

The vinyl LP has been pressed by la Société des Loisirs, next to our home (ok, not literally, but still not that far, and people keep saying Québec City is a village, so…). They are incredible.

Cover photos by Didier Ouellet, Steve and François. Steve built the rocket, Fabienne sew the catstronaut suit for Kiku. We asked the kids (also homemade) to dress like scientists and we are glad to see that they thought about safety first. This next generation has a head on its shoulders.

Thanks to our families and friends, to music lovers who like to try new things. Hello to music-listening clubs and vinyl enthusiast groups. Hi to those who wanted « loud » and got to have « weird » with it, and vice versa.

This is our first release on our label L’Excursion, we hope there will be many more but for now we can’t promise anything.

― François Gagnon, septembre 2021